Les ressources qui alimentent ce Nouveau Monde en gestation sont pléthoriques, viennent autant du présent, du passé que du futur.

Parmi celles-ci, on ne peux omettre de citer ce que j’appelle « Les littératures de l’Invisible » c’est-à-dire un ensemble de textes « canalisés » par des médiums, des « canaux » »  qui revendiquent la provenance particulière de ces mots: un « au-delà » une dimension inconnue de nous-mêmes et/ou de ce monde, une parole véhiculée par des entités diverses.

Les nombreuses questions quand à l’origine de ces textes souvent méconnus du grand public, des filtres accompagnant leur réception puis leur retranscription n’ont pas fini de faire couler de l’encre.

Mais étant donné leur qualité littéraire et la profondeur de leur pensée, nous assumons d’exposer ces littératures encensées par les uns, et méprisées par les autres.

Ces littératures qui n’ont pas voix au chapître dans nos universités, nos institutions. Ils manquent.

Série sur le cours au miracle

Lecture de « Écho des anges »